Vignoble

Chiffres clés

Un relief alpin et des cépages uniques

Le défi des vins suisses

En Suisse la consommation de vins indigènes et étrangers s’élevaient à 264 millions de litres - soit 33 litres par habitant - en 2014 (source OFS).

La production nationale étant limitée par sa surface et malgré une préférence nationale de la part du consommateur, les vins suisses sont en vive concurrence avec les vins étrangers.

C'est pour cela que la marque Swiss Wine joue pleinement son rôle dans la défense de la production nationale.

Petit pays viticole mais légitime

Le vin fait partie de l'environnement social, culinaire et culturel des consommateurs suisses généralement avertis et ouverts sur le monde.

Le pays abrite d'ailleurs deux éminents ambassadeurs internationaux du vin,  Paolo Basso, meilleur sommelier du Monde en 2013 (photo) et le Dr José Vouillamoz, ampélologue, co-auteur du livre « Wine Grapes ». 

A propos de la Suisse
  • La vigne y est cultivée depuis l’Empire romain
  • 132ème rang mondial par sa surface 41’285 km2
  • 20ème rang mondial par la surface de ses vignes 148 km2
  • 10ème rang mondial par le ratio entre la surface du pays et ses vignes
  • 4ème rang mondial par la consommation de vin annuelle par habitant (33 l par habitant)

La Suisse, un terroir alpin

Un territoire tourmenté où les Alpes représentent les deux tiers du pays, suivies par le Plateau et le Jura, c'est pour cela que la Suisse revendique un caractère alpin. 

Les vignes sont d’ailleurs réparties selon cette même clef et sont relativement hautes en altitude - entre 270 m (au Tessin) et 1’100 m (en Valais) – et souvent dans des zones à forte déclivité. 

En hiver il n’est pas rare de voir de la neige dans les vignes et les températures annuelles moyennes se situent entre 9 degrés (Suisse alémanique) et 12 degrés (Tessin). De fait la Suisse fait partie des producteurs de vin dit de régions fraîches.

Des cépages indigènes et identitaires

En Suisse on recense près de 240 cépages cultivés, toutefois seuls 75 sont illustrés dans les statistiques de l’OFS.

Les quatre cépages les plus cultivés sont le Pinot Noir, le Chasselas (indigène), le Gamay et le Merlot, ils représentent 72% des cultures. 

Les cépages indigènes qui font la richesse et contribuent à l'identité du vignoble suisses représentent 36% des cultures. Il s'agit du Chasselas avec ses 27% associés aux Gamaret, Garanoir, Arvine, Amigne et bien d’autres encore qui eux représentent 9% des cultures.

Quand aux cépages traditionnels ou universels comme le Chardonnay, le Sauvignon ou la Syrah ils permettent aux producteurs suisses de démontrer la qualité du terroir et leur savoir faire lors de comparaisons internationales.

Six régions, six identités

Si chaque région et sous région a une identité spécifique définie par son relief, sa géologie et son climat spécifique, l’organisation de la branche viti-vinicole a admis une représentation qui s’articule autour de 6 régions.  
Le Valais est au coeur des Alpes, Vaud est pour l'essentiel sur les bords du Léman, la Suisse alémanique est faite de nombreuses régions plus dispersées, Genève est là où le Jura et les Alpes se rejoignent, le Tessin est sur le flanc sud des Alpes tourné vers l'Italie et les trois lacs sont pour l'essentiel sur les flancs du Jura.